Nous contacter

Fédération Française de Course d'Orientation

15 passage de Mauxins
75019 PARIS

Tel : 01-47-97-11-91
Tel : 07-67-79-65-13

contact@ffcorientation.fr

Évènement :

Partenaires :

Ministère

JWOC : un bilan globalement satisfaisant

Publié le 08/11/2022


Les championnats du monde juniors ont pris fin le week-end dernier au Portugal. Initialement programmées cet été en même temps que les courses urbaines, les courses en forêt avaient été reportées à cet automne, en raison des incendies qui touchaient le Portugal au mois de juillet. Elles se sont finalement tenues du 4 au 6 novembre. L’équipe de France s’y est présentée avec ambition, après les beaux résultats obtenus sur les formats urbains en juillet.


Après en avoir longtemps rêvé, les Français ont enfin pu en découdre dans les forêts portugaises vendredi 4 novembre, à l’occasion de la moyenne distance qui ouvrait la « partie 2 » des JWOC 2022. Deux Français, Basile Basset et Nathan Marchand, ont atteint le top 10, dans une course moins technique qu’escomptée, en accrochant respectivement la 7e et la 10ème place. Chez les femmes, Tifenn Moulet réalise la meilleure performance avec une 16ème place.

 


Crédit : JWOC/Susana Luzir

 

6ème et 7ème places en relais

Samedi, les aspirations étaient grandes sur le relais, notamment chez les garçons, qui se savaient compétitifs et qui avaient à cœur de bien faire après être passé à côté du relais en Turquie l’an passé (12ème). Les deux équipes françaises engagées (Nathan Marchand, Thomas Radondy, Basile Basset d’une part ; Guilhem Verove, Mathias Barros Vallet, Romain Discher d’autre part) terminent finalement au coude à coude avec les Hongrois, et offrent à la France une 6ème place, synonyme de petit podium. « On en attendait sans doute un peu plus car on avait le potentiel pour la médaille. Le top 6 c’était le minimum. D’autant plus que depuis les JWOC en Bulgarie en 2014, les hommes ne sont sortis qu’une seule fois du top 6 en relais [en 2021, NDLR] », détaille Olivier Coupat, entraîneur national. L’équipe dames, composée de Tifenn Moulet, Diane Body et Alix Villar termine à une belle 7ème place. « Signer une telle performance en l’absence de Lucie [Lataste, blessée à la cheville, NDLR], c’est encourageant. Surtout que notre équipe est jeune et que les deux tiers des filles seront toujours juniors l’année prochaine », analyse Olivier Coupat.

Dimanche sur la longue distance, Thomas Radondy prend une belle 8ème place, à dix secondes seulement du petit podium, dans une course éprouvante et très relevée, dominée par les Scandinaves. Des Scandinaves d’ailleurs un cran au-dessus sur l’ensemble du week-end, avec des Suédois qui ont tout gagné, hormis la moyenne distance hommes. « Il faut dire que les terrains portugais leur allaient bien car très similaires à ce qu’ils ont chez eux. Ils étaient plus en difficulté l’an dernier sur les terrains continentaux et atypiques de Turquie », commente Olivier Coupat.

 


Crédit : JWOC/Susana Luzir

 

Une équipe de France "à la lutte"

Finalement, la France a été sur l’ensemble de ce championnat à la place où on l’attendait. À l’aise sur les courses urbaines, grâce à une préparation optimale sur des terrains français « relevant » (villages de Provence et du Puy-de-Dôme). Plus en retrait en forêt avec quelques coureurs pas au niveau attendu, mais tout de même à la lutte avec les Suisses, les Hongrois et les Espagnols sur les relais, juste derrière les Scandinaves. « Il faut mentionner que les dates automnales n’étaient pas idéales pour nos athlètes - dont certains s'entraînent hors structures - qui ont dû jongler entre rentrée scolaire et entraînements », ajoute Olivier Coupat. 

« On a densifié notre équipe de France avec 4 top 10 réalisés par quatre athlètes différents et une médaille [Basile Basset, 3ème en sprint en juillet, NDLR]. Il y a quelques années, on se satisfaisait d’un seul top 10 ! », détaille l'entraîneur. Cette progression de l'ensemble du groupe souligne le travail réalisé par les structures de haut niveau françaises :  le groupe France moins de 18 ans et les pôles. L’augmentation du volume d’entraînement et la multiplication des stages pour les juniors depuis quelques années semblent porter leurs fruits. Outre les résultats, les juniors ont surtout, grâce à ce JWOC au Portugal, « validé des étapes importantes sur des terrains à haute technicité, en vue de leurs années chez les seniors ».

 

Tous les résultats ici

« »