Nous contacter

Fédération Française de Course d'Orientation

15 passage de Mauxins
75019 PARIS

Tel : 01-47-97-11-91
Tel : 07-67-79-65-13

contact@ffcorientation.fr

Évènement :

O'camp 2022

O'camp 2022

Partenaires :

Ministère

Coupe du monde : une équipe de France à la bagarre

Publié le 31/05/2022

 

Pendant que les orienteurs français avaient le regard tourné vers les championnats de France le week-end dernier, l'équipe de France était, elle, en Suède. C'est à Borås qu'a officiellement débuté la saison internationale de course d'orientation avec la première manche de coupe du monde. Trois formats étaient au programme : le sprint individuel, le KO sprint et le sprint relais. Quatorze athlètes dont huit garçons et six filles étaient présents pour représenter la France. 

 

7ème place de Loïc Capbern 

La compétition a débuté jeudi 26 mai par un sprint individuel (sans qualification). C'est Loïc Capbern qui réalise la meilleure performance française avec une très belle 7ème place dans une course très relevée (110 coureurs engagés). Le coureur du TOAC signe avec cette course son meilleur résultat international pour le plus grand bonheur de l'entraîneur national Charly Boichut : "C'est la bonne surprise du week-end. On sait depuis longtemps que Loïc a les qualités pour performer à ce niveau, mais jusqu'à présent il a toujours eu du mal à exprimer son plein potentiel sur les échéances internationales. Cette fois il a su tout mettre en place pour aller se mêler aux meilleurs."

Derrière, on retrouve Lucas Basset (34ème), Adrien Delenne (39ème), Mathieu Perrin (51ème), Quentin Moulet (59ème), Théo Radondy (71ème), Benjamin Lepoutre (74ème) et Maxime Rauturier (75ème). Chez les filles, Isia Basset prend une satisfaisante 26ème place qui vient confirmer sa forme montante à l'approche des championnats du monde. On retrouve ensuite Cécile Calandry (36ème), Florence Hanauer (57ème), Cécile Foltzer (61ème), Tifenn Moulet (68ème) et Maëlle Beauvir (83ème). 

Des places pas tout à fait au niveau espéré pour l'entraîneur national : "Il y a eu plus de contre-performances que l'inverse sur ce sprint individuel. Cela s'explique par deux raisons selon moi. Premièrement, une erreur de priorité tactique : les athlètes ont consacré trop d'énergie à chercher les meilleurs choix, parfois pour seulement 5 mètres de différence. Il aurait plutôt fallu choisir un bon choix parmi les options viables et se concentrer davantage sur l'efficacité d'exécution. La deuxième raison concerne le type de terrain proposé sur cette course : un terrain globalement ouvert avec beaucoup de pelouses et de petits parkings à couper et des ouvertures dans les haies et les clôtures. Ce n'est pas du tout habituel pour les Français et on ne les a pas préparés spécifiquement à cela car ce n'est pas ce que l'on devrait retrouver au WOC."

 

 

3 Français en quart de finale

Après le repos du vendredi venait samedi la journée (chargée) du KO sprint. Les courses qualificatives débutaient à 8h30. Les manches s'enchainaient ensuite jusqu'aux phases finales, courues dès 17h20. Trois Français sont parvenus à se qualifier pour les quarts de finale en finissant dans les 12 premiers de leurs poules : Isia Basset, Lucas Basset et Adrien Delenne. Parmi ces derniers, seul Adrien Delenne a pu se hisser en demi-finale, où il a pris la 6ème place, terminant ainsi 16ème au classement global. Isia Basset prend, elle, la 26ème place au général et Lucas Basset la 31ème. Le reste du clan français est malheureusement "resté à quai", parfois pour quelques secondes seulement. Pour autant, il n'y a pas vraiment matière à inquiétude sur ce terrain encore une fois spécifique, "qui a bien réussi aux Scandinaves". Seul regret : l'élimination prématurée de Loïc Capbern qui a fait les frais d'une cartographie discutable. "Il y a eu sur l'ensemble de la compétition des soucis de cartographie, pas dignes de ce que l'on attend d'une coupe du monde. C'est frustrant pour les athlètes qui en pâtissent alors qu'ils sacrifient beaucoup au quotidien pour préparer ces échéances", développe Charly Boichut.

 

 

La France, 7ème nation

Le relais sprint se déroulait dimanche dans le centre-ville de Borås. Les Français (Isia Basset, Loïc Capbern, Adrien Delenne, Cécile Calandry) terminent au pied du Top 6 (11ème équipe mais 7ème nation) dans une course largement dominée par la Suède qui place deux équipes sur le podium. L'équipe 2 (Florence Hanauer, Lucas Basset, Mathieu Perrin, Tifenn Moulet) prend la 24ème place. Le terrain proposé correspondait cette fois davantage aux Français avec une orientation de type centre-ville.

Le résultat de l'équipe 1 vient confirmer la 6ème place obtenue l'an dernier aux championnats d'Europe et la capacité de la France à jouer dans le groupe des prétendants au "petit podium". "Le podium reste un cran au-dessus mais être à la bagarre alors même qu'il reste un peu de forme physique à aller chercher jusqu'au WOC, ça donne confiance !", se réjouit Charly Boichut, qui salue surtout à l'issue de cette coupe du monde, "la vraie densité qui s'est mise en place au sein de l'équipe de France sur les formats urbains depuis quelques années." 

 

 

Ces trois courses étaient supports de sélection pour les championnats du monde qui auront lieu dans un mois maintenant au Danemark et pour lesquels 4 filles et 4 garçons seront convoqués. Les sélections devraient tomber dans la semaine ici .

 

« »